Vin > Margaux > Château La Tour de Mons

< Château La Tour de BessanChâteau Labégorce >


 

Château La Tour de Mons





Margaux

Cru bourgeois supérieur (2020)

Vin rouge

Le Château La Tour de Mons est un vin rouge issu de vignes de Merlot, de Cabernet Sauvignon et de Petit Verdot plantées dans l'aire de l'appellation d'origine contrôlée Margaux.

Il est élevé douze mois en barriques (40% d'entre elles sont renouvelées chaque année) avant d'être mis en bouteille.

Quatre cents mille bouteilles sont produites en moyenne chaque année.

Distinction(s)
Il a été ordonné cru bourgeois supérieur dans le classement réalisé en 2020.

Historique du prix de vente en primeur (Prix en € hors taxes)

2020
2021
15.40
17.30

2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
13.50
12.15
12.25
12.25
13.30
15.40
16.80
15.40
16.80
15.40

2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
13.70
11.50
...
10.65
9.90
11.60
10.45
10.50
10
12.50

1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
...
...
...
...
...
10.10
11.70
12.40
11.15
11.05

1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
...
...
...
...
...
...
6.55
...
7.60
8.40

Evolution
1 an
2 ans
3 ans
4 ans
5 ans
10 ans
15 ans
12.34 %
12.34 %
2.98 %
12.34 %
12.34 %
28.15 %
49.14 %


Prix HT moyens du vin Château La Tour de Mons constatés pour chaque année auprès de plusieurs distributeurs lors de la vente du vin en primeur.

 La propriété 
Le domaine s’étend d’un seul tenant à un peu plus de deux kilomètres au nord-ouest du village de Margaux.

Une longue allée, longeant les bâtiments d’exploitation et la maison de maître, mène aux vestiges du château. Ils jouxtent les vignes et un vaste parc arboré.

Histoire
Le duc d'Aquitaine, Guillaume IX, érige ses terres de Soussans en seigneurie en 1098 Il en confie les rênes à son vassal Arnaud de Blanquefort. L’un de ses descendants, après l’avoir scindé en quatre durant l’année 1245, administre lui-même la nouvelle seigneurie située à Marsac, Une maison forte dotée notamment d’une tour rectangulaire y est alors construite. Gailhard de Durfort, seigneur de Blanquefort, vend la seigneurie (baptisée La Tour noble de Soussans) en 1453 à Jean de l'Isle avant de partir en Angleterre contraint et forcé par le roi Charles VII pour avoir soutenu les Anglais contre ses troupes lorsqu’elles les combattirent pour reprendre l’Aquitaine. Gaston de l'Isle la cède en 1489 à Jean de Ferron, conseiller au parlement de Bordeaux. Sa femme Sérène de Vertheuil revend les terres en 1540 à Louis de Macanan. La famille Decours les lui rachète vingt-huit ans après. Fortis de Laroque reprend à son tour la seigneurie en 1579. Il la revend trois ans plus tard à Arnaud de Mulet. Pierre de Bordes l’acquiert, peu de temps après la disparition de ce dernier, en 1608. Pierre de Mons prend possession des terres lorsqu’il épouse sa fille Anne en 1615. Guillaume, son fils, lui succède quelques années après. Guillaume-Joseph reprend la tête de la seigneurie à la suite de son père puis la transmet à son fils François-Joseph. Sa fille Thérèse, après avoir hérité des terres familiales au milieu du dix-huitième siècle, en confie la gestion à son mari Jean-Baptiste de Secondat de Montesquieu. Elle reprend un temps les rênes du domaine à sa mort en 1795 avant de le transmettre à son petit-neveu Jean-Luc-Guillaume de Mons des Dunes. Caroline Aimée Félicité, l’une de ses filles, hérite de la propriété lorsqu’il disparaît en 1830. Sa fille Marie Thérèse Félicité de Lageard en devient ensuite l’unique propriétaire après le décès de ses deux sœurs. Elle lègue quelque temps plus tard le domaine à sa nièce Alice de Gastebois-Marignac ainsi qu’à Henri de Vassal qui devait épouser son unique fille Suzanne avant qu’elle ne décède prématurément. Pierre Dubos, marié à l’une des filles d’Alice de Gastebois-Marignac, prend les rênes de la propriété après la disparition d’Henri de Vassal au début du vingtième siècle. Ses filles Bernadette et Pia lui succèdent lorsqu’il meurt à son tour en 1962. Le Crédit Agricole, associé à la Caisse des Dépôts et des Placements du Québec, rachète le domaine en 1996 (la banque française le détient seule à partir de 2015). Il le revend à Nathalie Perrodo (propriétaire de deux autres crus margalais) en 2019.

Demeure
La maison de maître, construite sur deux niveaux (un rez-de-chaussée et un étage), est constituée de murs en calcaire et d’un toit en tuiles.

Le château, aujoud’hui en ruine, était doté de quatre tours différentes.

Vignoble

- Superficie
Le vignoble s'étend sur quarante-huit hectares d'un seul tenant.

- Composition
Il est composé de Merlot (56%), de Cabernet Sauvignon (38%), et de Petit Verdot (6%).

- Sol
Les vignes sont plantées dans un sol constitué de graves günziennes (Quaternaire), de calcaire et d'argile.

- Age des vignes
Les pieds de vigne ont en moyenne trente ans.

- Vendanges
Les grappes de raisins sont récoltées manuellement lors des vendanges.

Second vin
Un second vin est produit : Marquis de Mons (il est issu des jeunes vignes de La propriété).










- Autres vins -

 Château Armens
 Château Beychevelle
   Château Cantelys
 Château La Fleur Peyrabon
   Château Moulin Riche
 La Petite Eglise

 
 
 
 

Contact
Copyright Bordeaux Primeurs © 2022 Cestanet inc. Tous droits réservés