Historique des ventes
de vins en primeur





Vin > Margaux >

Château d'Arsac Primeur



< Château Cantenac BrownChâteau d'Issan >


 

Château d'Arsac





Margaux



Vin rouge

Le Château d'Arsac est un vin rouge issu de vignes de Cabernet Sauvignon et de Merlot plantées dans l'aire de l'appellation d'origine contrôlée Margaux.

Il est élevé douze mois avant d'être mis en bouteille.

Historique du prix de vente en primeur (Prix en € hors taxes)

2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
13.75
12
11
10.95
12.20
14.45
15.90
...
17.50

2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
...
...
...
...
...
...
...
...
...
13.20

1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...

1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...

Evolution
1 an
2 ans
3 ans
4 ans
5 ans
10 ans
15 ans
...
10.06 %
21.11 %
43.44 %
59.82 %
...
...


Prix HT moyens du vin Château d'Arsac constatés pour chaque année auprès de plusieurs distributeurs lors de la vente du vin en primeur.

 La propriété 
Le domaine s'étend sur deux cent cinquante hectares à un peu plus de six kilomètres au sud-ouest du village de Margaux.

Le château et les bâtiments d'exploitation sont entourés d'un vaste parc arboré bordant de nombreuses vignes.

Histoire
Pierre d'Arsac dirige la seigneurie, une dépendance de la châtellenie de Blanquefort, au douzième siècle. Pierre, son fils, l'administre au cours des premières décennies du siècle suivant. Son petit-neveu Armaieu en hérite par la suite. Guitard, son fils, règne sur les terres familiales après sa disparition au début du quatorzième siècle. Armaieu, chevalier, succède à son père quelque temps plus tard. L'un de ses enfants, également prénommé Armaieu, hérite à son tour de la seigneurie. Thomas, son fils aîné, la reprend ensuite. Il dirige les terres un moment puis en cède les rênes à son fils Jean. Gastion, l'un de ses deux enfants, les reprend au milieu du seizième siècle. Il décède sans héritier peu après avoir épousé Louise de la Chassaigne en 1563. Cette dernière cède la seigneurie à sa belle-soeur Jacquette d'Arsac. Elle la transmet à son mari Thomas Eyquem de Montaigne. Jean, son fils aîné, disparaît prématurément peu de temps après avoir hérité des terres. Son frère cadet Pierre-Mathias les reprend alors. Sa sœur Antoinette lui succède, à la suite de son décès, en 1620. Gabriel d'Arrérac, son mari, prend possession de la seigneurie lorsqu'elle s'éteint quatre ans plus tard, Il la confie quelque temps après à son fils Jean, trésorier de France à Bordeaux. Henri succède ensuite à son père. Joseph de Ségur Cabanac s'installe à la tête de la seigneurie quand il épouse sa fille Catherine en 1706 (seules quelques vignes sont cultivées à cette époque). Les pouvoirs publics confisquent les terres familiales à leur petit-fils Gabriel durant la Révolution (le vignoble couvre alors près de trente hectares). Il est contraint, après les avoir rachetées, de vendre régulièrement des parcelles de bois et de landes pour rembourser l'argent emprunté. Sa fille unique Catherine-Louise de Ségur lui succède lorsqu'il meurt en 1811. Elle confie deux ans plus tard la gestion des vignes au négociant bordelais Pierre Bournac puis épouse, la même année, son fils Thomas. Joseph-Jean Esnou acquiert le domaine en 1817. Un juge le ré-attribue à Pierre-Guillaume Farcy lors d'une adjudication organisée en 1820 pour rembourser un créancier. Il cède la propriété l'année suivante à son gendre Gaspard Eugène Rubichon (elle couvre à cette époque près de deux cent vingt hectares). Ses enfants la revendent aux négociants Louis Mouméjean et Léger Chrétin après son décès en 1846. Jean-Baptiste Bouluguet acquiert le domaine, comptant alors vingt-sept hectares de vignes, auprès de ce dernier en 1862. Le tribunal civil de la Seine lui saisit la propriété puis la revend au négociant parisien Claude Marie Rivet deux ans plus tard. François Alexis Prunier reprend à son tour le domaine peu après son décès en 1866. Il est contraint de le revendre à Jean Hostein en 1869 pour régler la succession de sa femme disparue l'année précédente. Il plante de nombreuses vignes supplémentaires ainsi que sa femme Marie Corne et ses enfants après son décès en 1883 pour augmenter la production (elle atteint cent vingt-cinq tonneaux en 1886). Jean-Jules et sa mère (Jean-Justin étant décédé en 1889) sont obligés de céder le domaine familial en 1890 à Aimé-Ernest Dubosc afin de rembourser les nombreux emprunts contracter pour remplacer les ceps détruits par le phylloxéra. Il réalise près d'une cinquantaine d'opérations foncières au cours des dix années suivantes pour étendre la propriété (elle couvre plus de cinq cent quarante hectares dont deux cent soixante hectares de vignes en 1901) et construit concomitamment un cuvier ainsi qu'un immense chai d'élevage pouvant abriter plusieurs milliers de tonneaux. Son fils Albert rachète le domaine sur licitation, après sa disparition, en 1902. La faible demande l'oblige par la suite à arracher de nombreuses vignes et à vendre régulièrement des terres Victoire Célestine Ernestine Lassèverie lui rachète la propriété en 1919 grâce à un prêt contracté auprès de la Compagnie algérienne de crédit et de banque (elle ne s'étend plus que trois cents hectares). Elle la cède, faute de pouvoir le rembourser, l'année suivante à la Société Anonyme des Grands Magasins de Nouveautés de Lille dirigée par André Rulhe. Il réduit à son tour également la production en raison d'une demande toujours atone (les ceps ne couvrent plus que sur vingt-quatre hectares en 1939 contre quarante-trois hectares en 1930). Le domaine n'est pas inclus en 1954 dans l'aire géographique de l'appellation d'origine contrôlée Margaux, contrairement aux propriétés environnantes car plus aucun cep n'y est planté. La famille Rijcke acquiert la propriété en 1959 mais elle ne replante des vignes qu'à partir de 1977. Philippe Raoux, négociant bordelais, la reprend à son tour en 1986. Il agrandit régulièrement le vignoble, réhabilite les bâtiments d'exploitation et obtient auprès du Conseil d'Etat en 1995 l'inclusion de ses terres au sein de l'aire de l'AOC Margaux.

Demeure
Le château, au style néoclassique, est constitué d'un corps central flanqué de deux pavillons. Il s'élève sur deux niveaux (un rez-de-chaussée et un étage), Ses murs en calcaire soutiennent plusieurs toits d'ardoise.

Vignoble

- Superficie
Le vignoble, couvrant cinquante-quatre hectares, s'étend sur une croupe.

- Composition
Il est composé de Cabernet Sauvignon (60%) et de Merlot (40%).

- Sol
Les vignes sont plantées dans un sol constitué de graves, de sable et d'une fine couche d'argile.

- Age des vignes
Les pieds de vigne ont en moyenne vingt ans.

- Densité de plantation
Chaque hectare du vignoble compte six mille cinq cents ceps.

- Rendement
Quarante-cinq hectolitres de vin sont en moyenne produits par hectare.










- Autres vins -

 Alter Ego
 Château Dauzac
 Château Durfort-Vivens
   Château La Gurgue
 Château Le Coteau
 Château Marsac-Séguineau
   Château Palmer
 Château Rauzan-Ségla
 Clos Margalaine

 
 
 
 

Accueil A propos de Bordeaux Primeurs Contact Ajouter Bordeaux Primeurs à vos favoris
Copyright Bordeaux Primeurs (Château d'Arsac Primeur) © 2013 Cestanet inc. Tous droits réservés